Spécialiste du crédit immobilier, BM Courtier Conseil vous accompagne dans la recherche du financement le plus adapté à votre projet
Un projet?
Une demande?..
Contactez-nous !
02 97 57 45 51

Boom immobilier autour de Paimpol : « On n’a jamais vu ça ! »

Depuis le déconfinement, les agences immobilières sont en pleine ébullition. Paimpol et ses alentours sont de plus en plus prisés : un véritable boom immobilier est en cours depuis la fin du confinement. Les prix du marché ont bondi d’au moins 10%.

« Cet été, c’était la folie »

Juste après le déconfinement, le secteur de l’immobilier commençait à s’agiter, laissant présager un possible boom immobilier dans l’ouest des Côtes-d’Armor et une hausse importante des prix. Presque trois mois après, le bilan est sans équivoque.

Pénurie de biens

Si les acheteurs sont nombreux, ils ne trouvent pas tous chaussure à leur pied, et pour cause : les offres viennent à manquer. 

Profils d’acheteurs

En ce qui concerne l’identité des acheteurs, sur ces derniers mois, une tendance se dessine : les acquéreurs sont extérieurs aux Côtes-d’Armor, à la Bretagne et il s’agit même parfois d’étrangers. Il peut s’agir d’un choix de résidence secondaire, mais pas seulement. Certains décident de changer de vie, et déménagent en famille.

Confinement, chaleur et télétravail

La première raison avancée pour justifier la ruée vers les Côtes-d’Armor reste l’épreuve du confinement. Dès juin, le conseil régional des notaires indiquait les « nouvelles exigences des Français » suite au confinement : plus de luminosité, un jardin, du calme. Souvent, le réchauffement climatique est aussi mis en cause. Enfin, la découverte du télétravail a convaincu les plus récalcitrant.

+ 10% sur les prix

Les professionnels de l’immobilier se rejoignent tous sur un point : les prix ont été boostés. En moyenne, les prix auraient augmenté de 10 % depuis la fin du confinement. Quant au type de maison recherché, il s’agirait d’une maison avec du charme, en pierre, donc une typique bretonne, avec un peu de jardin mais pas trop, proche des commerces à pied, le summum étant la vue mer, et le petit plus, une chambre au rez-de-chaussée. 

Les locaux sur la touche ?

Dans l’effervescence du marché immobilier, une catégorie de population pourrait être laissée de côté : les locaux. 

Valentin, 25 ans, projetait d’acheter un immeuble pour 200 000 € autour de Tréguier afin de s’y installer et de louer les appartements restants, pour rembourser son prêt. Après deux projets avortés, le jeune homme s’arrête sur un bien particulier, également convoité par des acquéreurs extérieurs aux Côtes-d’Armor : J’ai eu de la chance, l’agente immobilière a poussé mon dossier, pour privilégier quelqu’un du coin. 

La situation est d’autant plus compliquée pour les primo-accédants : On veut investir, mais on se fait doubler par des non-locaux avec de plus gros portefeuilles. On ne peut pas concurrencer ça. »

Un mandataire indépendant en immobilier reconnaît le phénomène mais veut rassurer les locaux : « avec le temps, tout va se rééquilibrer. »

Source : La Presse d’Armor

NOS AGENCES